[Actu] Violences Conjuguales

Publié le par deweysax

Tous les trois jours en France, une femme décède des suites des violences infligées par son conjoint, selon des statistiques présentées en conseil des ministres.

"En moyenne au cours des neuf premiers mois de l'année, un décès de femme intervient tous les trois jours des suites de violences au sein du couple", peut-on lire dans le compte-rendu du conseil.

Selon un sondage CSA pour Le Parisien/Aujourd'hui en France et Amnesty International, 30% des Français pensent qu'il y a dans leur entourage une femme subissant ou ayant subi des violences psychologiques ou physiques. Pour huit sondés sur dix, ce problème doit être une priorité de la campagne pour l'élection présidentielle de 2007.

Dans un communiqué, Amnesty International France rappelle que "les violences faites aux femmes sont une violation de leurs droits humains, nourries par une discrimination de genre, c'est-à-dire pour la simple raison qu'elles sont femmes".

L'organisation de défense des droits de l'homme en appelle à l'Etat pour "sanctionner ces violences mais aussi les prévenir, donc lutter contre les comportements sexistes", et "apporter des réparations adéquates aux victimes".

"On sait que des choses sont faites dans certains ministères, mais on demande de passer à la vitesse supérieure en demandant un plan interministériel plus vaste et plus coordonné", a expliqué à Reuters le responsable des actions pour la France d'Amnesty International, Patrick Delouvin.

A l'occasion de la journée internationale pour l'élimination des violences à l'égard des femmes, le 25 novembre, Catherine Vautrin, ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité, a présenté mercredi en conseil quelques pistes envisagées.

Un numéro d'appel unique sera mis en place en 2007 et une campagne de communication sera diffusée à la télévision et au cinéma.

Les femmes victimes de violences seront prioritaires dans l'attribution de logements financés par l'allocation de logement temporaire et bénéficieront de places réservées dans les centres d'hébergement et de réinsertion sociale.

Il sera par ailleurs demandé aux bailleurs sociaux de lever la clause de solidarité contenue dans le bail lorsqu'une victime de violences quitte le domicile commun.

Stop_Violence_against_women

Publié dans Actu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article